La voiture de collection possède une valeur inestimable. Pour preuve, elle fait partie des véhicules les plus chers sur le marché, au même titre que certains anciens véhicules. D’après les statistiques, la vente aux enchères de ce type de biens continue de progresser. En 2017, elle avait atteint la somme de cent douze millions d’euros, soit une augmentation de 2,1% par rapport à l’année dernière. Ce fort engouement ne risque pas de changer, car actuellement de plus en plus de particuliers s’y intéressent. Mais, même si elle reçoit beaucoup d’attentions, elle n’est pas à l’abri des risques, d’où l’intérêt de souscrire à une assurance.  

Recevoir une indemnisation en cas de sinistre

À première vue, la souscription à une assurance automobile semble être insignifiante, mais en réalité, elle s’avère être indispensable. Son importance se ressent principalement en cas de sinistre. En effet, lorsque le conducteur fait face à un accident, il se trouve dans une mauvaise posture financière. Parfois, il est même incapable de réparer les préjudices, surtout s’il s’agit d’un accident grave.

Ainsi, pour lui venir en aide, l’assurance prend tous en charge. Celle-ci s’occupe d’indemniser les victimes (les frais médicaux des blessés, etc. ). Elle intervient également pour réparer les dégâts matériels causés aux biens des personnes tiers. Dans ce genre de cas, on parle d’une assurance au tiers qui est considérée comme la formule de base.

Néanmoins, on peut très bien profiter des autres garanties en contractant à une assurance voiture de collection. Celle-ci est effectivement adaptée à la voiture ancienne, car le montant des remboursements dépend de sa cote officielle de collection, connue également sous le nom de « cote argus ». Pour rappel, cette notion désigne la valeur générale du véhicule, sur la base de laquelle on peut estimer son prix lors d’un achat ou d’une évaluation.

 Bénéficier d’une couverture spéciale

La possession d’une ancienne voiture est intéressante dans la mesure où l’on peut choisir la formule d’assurance le plus avantageux sur le marché. Il s’agit notamment de la couverture spéciale pour les véhicules anciens et des collections. À la différence des autres assurances, cette offre particulière n’est pas très onéreuse, car les tarifs proposés par les compagnies sont très attractifs. Pour preuve, la prime d’assurance à payer n’est pas très élevée à la fin de l’année. Cela s’explique par de nombreux facteurs.

Déjà, étant donné que les anciens véhicules et les voitures de collection sont considérés comme des biens possédant beaucoup de valeurs, les conducteurs ne prennent pas trop de risques en les conduisant. Ils respectent scrupuleusement le Code de la route. Ce n’est pas tout, ils prennent également les meilleures mesures afin de les entretenir. C’est la raison pour laquelle, les voitures sortent rarement du garage et présentent moins de rayures.

La prudence des conducteurs n’est pas sans impact sur le contrat d’assurance voiture de collection. En effet, elle permet de bénéficier d’une offre plus avantageuse.

Éviter les sanctions juridiques

Rappelons que la souscription à assurance vehicule de collection n’est pas facultative. Bien au contraire, il s’agit d’une obligation légale consacrée par l’article 211-1 du code des assurances. Cette règle s’applique à tout conducteur d’une voiture à moteur. S’il tente de la méconnaître, alors, il s’expose à des sanctions pénales. En effet, la conduite d’une voiture sans assurance est considérée comme un délit, une infraction. Elle est donc punie par une peine d’amende qui peut aller jusqu’à 3 750 €.

Mais à part le paiement d’une amende, la loi prévoit également d’autres sanctions pour les conducteurs qui ne respectent pas la souscription à une assurance collection. Il s’agit par exemple de la suspension du permis de conduire qui peut durer trois ans, en fonction des dégâts causés. Parfois, l’autorité peut même exiger la confiscation de la voiture.

Avoir l’embarras de choix

À part la formule spéciale consacrée à l’assurance auto de collection, il existe également d’autres options auxquelles on peut choisir. Il s’agit par exemple de la fameuse « couverture tous risque » qui prévoit des garanties complètes. Ainsi, en cas de sinistre, l’assureur n’indemnise pas uniquement les dommages causés à la voiture, mais il intervient également pour réparer les préjudices corporels subis par le conducteur. Cela inclut dans ce cas les frais médicaux en cas d’accident, le versement d’une somme d’argent en cas de perte de travail, etc. En général, l’assurance tous risques est intéressant, si la voiture possède beaucoup de valeurs.

Néanmoins, s’il s’agit d’un véhicule ancien (normalement d’occasion), on peut très bien se contenter d’une assurance au tiers. Celle-ci propose les garanties de base. Sinon, il est aussi possible d’opter pour la formule intermédiaire. Cette dernière ne couvre pas seulement la responsabilité civile du conducteur, mais prévoit également d’autres options supplémentaires, comme le dépannage, l’assistance juridique, la réparation des dommages en cas de catastrophe naturelle, etc. Évidemment, elle est plus onéreuse que la couverture de base, mais moins chère que l’assurance tous risques.