Les daltoniens ne perçoivent pas certains tons du spectre des couleurs, confondant par exemple les nuances de rouge avec celles de vert : le sujet ne peut pas distinguer les deux couleurs car les longueurs d’onde du rouge et du vert sont perçues comme identiques.

Toute image verte sur fond rouge, par exemple, ne se distingue pas des sujets daltoniens : la combinaison particulière des couleurs, qui exclut la combinaison rouge-vert, leur permet d’identifier l’image avec plus de précision. En effet, la question est : qu’est-ce que le daltonisme ?

Les causes du daltonisme

Sur la rétine, la fine membrane qui recouvre la partie interne de l’œil, se trouvent des cellules spécialisées dans la perception des couleurs, appelées cônes, et elles sont de trois types différents : celles qui sont sensibles à la lumière verte, celles qui sont sensibles à la lumière bleue et celles qui sont sensibles à la lumière rouge. Si un ou plusieurs cônes présentent des anomalies, la perception de cette couleur particulière sera altérée. La prédisposition au daltonisme est héréditaire, même si cette particularité peut résulter d’une atteinte de l’appareil visuel, des nerfs ou de certaines zones du cerveau.

Le daltonisme touche principalement les individus de sexe masculin, car il est transmis par un gène défectueux sur le chromosome X : chez l’homme, dont les chromosomes sont X et Y, si le gène X est défectueux, le daltonisme apparaîtra ; chez la femme, qui a au contraire deux chromosomes X, le second peut compenser le défaut du premier. Les femmes ne sont donc daltoniennes que dans le rare cas où les deux chromosomes X sont défectueux. On vient de savoir les causes du daltonisme, et quels sont les types de daltonisme ?

Les types de daltonisme

Il existe différentes formes de daltonisme : en protanopie, il y a une incapacité à distinguer le rouge, en deutéranopie, le vert et en tritanopie, le bleu. L’acromatopsie est un aveuglement total aux couleurs à cause du daltonisme.

La découverte du daltonisme

Le terme daltonisme a été inventé en l’honneur de John Dalton, chimiste, physicien, météorologue et enseignant anglais (6 septembre 1766 – 27 juillet 1844), membre de la Royal Society of London, qui en 1803 a été le premier à tenter de décrire l’atome.

Un jour, après avoir acheté une paire de bas, sa mère lui a fait remarquer que leur couleur était un rouge vif. À la suite de cet épisode, Dalton s’est rendu compte qu’il souffrait d’un défaut visuel, puisque la couleur des bas qu’il voyait était brune, nettement plus sobre. Il commence à s’intéresser aux problèmes liés à la vision et entreprend une étude sur son défaut visuel, jusqu’à ce qu’en 1974, il élabore sa première description scientifique, dans l’article intitulé “Faits extraordinaires relatifs à la vision des couleurs”, dans lequel il décrit en détail sa perception visuelle, apportant une contribution scientifique importante.

Après sa mort, par sa propre volonté, ses globes oculaires ont été préservés et étudiés au fil des ans pour découvrir les origines du défaut visuel dont il souffrait, inconnu jusqu’alors.