S’il est normal de se sentir parfois triste, même abattu, il faut en revanche s’inquiéter lorsque cette mélancolie s’installe jusqu’à devenir un obstacle à la vie de tous les jours. Lorsque la simple perspective de se lever le matin paraît insurmontable, que les larmes se mettent à couler sans raison et que les idées noires se bousculent, alors il s’agit peut-être d’une dépression. La dépression est un phénomène de société qui atteint des millions de personnes. La motivation qui s’estompe petit à petit de votre quotidien, les rires qui se font rares, l’expression de votre visage qui s’assombrit ? Pas de doute : vous êtes déprimé. Cela peut engendrer de graves conséquences dans votre vie, dont entre autres vous empêcher d’être heureux, de profiter de l’instant présent et peser sur votre santé. La dépression, qui peut être connu aussi sous d’autres noms, tels que trouble dysthymique, trouble bipolaire, dépression majeure, etc., elle est de nature insidieuse, et se montre quand vous vous y attendez le moins. Si elle reste contrôlée, elle gagne la capacité de vous vaincre. Ainsi, la dépression peut vous mentir, déformer vos pensées et vous détourner de tous ceux qui s’occupent de vous. Quand elle devient très forte, elle peut aussi prendre votre vie. Ce que vous ne savez peut-être pas, cependant, c’est que cette maladie est vulnérable à 10 choses qui ont la capacité de l’affaiblir. Si vous vous engagez dans une de ces choses, vous allez émietter sa force, et en combinant plusieurs d’entre elles, vous le ferez perdre son emprise sur vous, le rendant de plus en plus petit. Elle ne devrait pas vous donner cette information, mais elle le fera quand même. Les 10 choses que la dépression ne veut pas que vous sachiez.

Qu’est-ce que la dépression ?

Le fait de se sentir triste, d’être déprimé, d’avoir des idées noires ou des difficultés à dormir ne veut pas forcément dire que l’on souffre de dépression. Les moments de cafard, de blues, de doute ou de questionnement font partie de la vie. Au fil du temps et des événements, chacun de nous expérimente toute une gamme de sentiments, du plus triste au plus optimiste. À l’intérieur de cette large palette d’émotions, la tristesse, le découragement et le désespoir représentent des expériences humaines normales. Ces variations et ces baisses de l’humeur ne doivent pas être confondues avec ce qu’éprouve une personne dépressive. Pour pouvoir parler de dépression, et donc de maladie, il faut que ces perturbations de l’humeur soient multiples et bien caractérisées.

Les symptômes de la déprime

La déprime est caractérisée par plusieurs symptômes.

  • L’irritabilité : se mettre facilement en colère.
  • L’anxiété : être en situation de stress permanent et s’épuiser sur le plan physique et/ou psychique.
  • Les troubles du sommeil.
  • Les troubles de l’appétit.
  • Les troubles de la concentration ou de la mémoire
  • La perte de confiance en soi

Comment distinguer la déprime de la dépression ?

La déprime est un état psychologique passager, alors que la dépression est une maladie durable qui doit être traitée par un professionnel de la santé. Il est tout à fait naturel d’avoir parfois un petit coup de blues, de se sentir triste, fatigué, irritable ou d’avoir des insomnies. Les facteurs déclenchant sont nombreux et peuvent aller du simple changement de saison à une dispute avec un ami. Les 10 choses que la dépression ne veut pas que vous sachiez.

1. Réseau de soutien

Quand vous vous tournez vers votre réseau de soutien, en tant qu’amis ou famille, la dépression commence à reculer. Tendre la main aux autres signifie que vous n’êtes plus isolé, ce qui rend sa présence plus faible. Bien sûr, si vous faites des efforts pour aller mieux et être positif, mais que votre entourage continue constamment de se plaindre, vous ne vous en sortirez jamais. Fréquentez des personnes joyeuses pour attirer la joie dans votre quotidien, et faites le tri dans vos relations pour mettre fin aux relations toxiques. La vie est trop courte pour passer son temps à donner sans jamais rien recevoir en retour.

2. Psychothérapie

Quand vous commencez une psychothérapie, comme une thérapie cognitivo-comportementale, pour faire face à votre tristesse, elle perd son règne de terreur. Choisir de travailler courageusement sur ses émotions est l’une des choses qui le font le plus peur. Vous souffrez d’une maladie considérée comme grave, et même morbide. N’hésitez pas à en parler à votre médecin. Si vous êtes sans le sou, sachez qu’il existe des centres appelés CMP : centres médico-psychologiques dans toutes les villes de France. Les suivis par des médecins, psychiatres, psychologues, diététiciens, sont entièrement gratuits, quelle que soit votre couverture médicale, y compris la CMU. Il suffit à votre médecin traitant de vous faire une ordonnance, et d’y prendre rendez-vous. Après, vous serez suivi gratuitement et très efficacement. Vous pourrez aussi, selon les centres y suivre des cours de relaxation, de sport, de sophrologie, de méditation tout aussi gratuitement. La santé mentale est pris très au sérieux en France et dans de nombreux autres pays. Prenez votre souffrance tout autant au sérieux, et parlez-en.

3. Activité physique

Lorsque vous entreprenez un programme d’exercice, tel qu’un entraînement musculaire ou d’autres formes d’activité physique, vous m’empêchez d’avoir une emprise sur votre corps et votre esprit. Une des choses qui l’éloigne de toi est le fait que tu prennes soin de toi, surtout en période de stress. Faites du sport, faites du shopping, peu importe l’activité que vous choisissez du moment qu’elle vous permet d’aller vous aérer. Ne restez pas seul, cloîtré entre quatre murs, cela favorise la dépression. Essayez de voir du monde, de parler, d’échanger et de remplir vos journées avec des activités constructives qui vous plaisent.

4. Conscience

À mesure que vous apprenez à acquérir un mode de vie basé sur la conscience de soi dans le présent, la dépression perd la capacité d’entrer dans votre esprit et de ruminer sur votre passé. Des pratiques comme la pleine conscience, qui vous aide à vivre pleinement dans l’ici et maintenant, le privent de ses armes les plus puissantes : la culpabilité, la honte et la peur.

5. Acceptation

Lorsque vous acceptez toutes les parties de votre vie, y compris sa présence, vous le rétrécissez paradoxalement. Ce que vous craignez vous contrôle, tandis que ce que vous affrontez commence à être sous votre contrôle. C’est vraiment bouleversant pour elle. Comme le manque de lumière, le manque de sommeil conduit presque automatiquement à la dépression. Vous avez du mal à vous endormir, car de sales, méchantes pensées toutes noires trottent dans votre tête et font fuir le gentil Morphée ? Essayez ces quelques petits trucs. D’abord dites-vous que là, maintenant, vous avez besoin de sommeil pour être en forme le lendemain. Que demain est un nouveau jour, qui sera riche en découvertes et belles choses, et que pour les apprécier vous devez être en forme. Que quels que soient vos problèmes, ils attendront demain. Que le sommeil est bon pour la santé, que vous allez bien dormir… C’est de la psychologie positive. Répétez-vous “je vais bien dormir” en vous forçant à sourire. Buvez une tisane à base de valériane, d’aubépine, prenez des médicaments homéopathiques, de la mélatonine. Essayez différents produits, disponibles en libre-service en parapharmacie, et voyez celui ou ceux qui fonctionnent sur vous. Demandez conseil aux pharmaciens, ils sont là pour ça. Ces médicaments sont efficaces et de bons coups de pouce pour au moins capter quelques heures de sommeil. Parmi les plantes recommandées, vous pouvez consommer du millepertuis perforé, qui est l’une des plus efficaces. D’autres plantes peuvent permettre de soulager la dépression et l’anxiété, comme la passiflore, la mélisse, la lavande, le citron. Éteignez tout écran, y compris le smartphone, et les lumières vives de votre salon ou de votre chambre. Allumez une bougie, fixez votre attention sur elle, et respirez à fond. Détendez votre corps au maximum, et savourez le fait que vous êtes dans vos draps, dans votre lit confortable, bien au chaud. Et changez-les dès que nécessaire, des draps frais et propres et sentant bon, c’est vraiment agréable, donc bon pour le moral.

6. Le bonheur

Lorsque vous décidez consciemment que ce qui va commencer sera une bonne journée, vous ruinez ses plans au lieu de dévaster votre journée. En d’autres termes, lorsque vous décidez de choisir votre journée, la dépression commence à fondre comme neige au soleil. Comme elle méprise le sourire, chaque fois que vous vous engagez dans des activités drôles ou humoristiques, ses jambes se mettent à trembler. Regarder un film drôle ou minimiser quelques problèmes l’irrite beaucoup. Ce conseil est valable, tout le temps, éloignez-vous des personnes qui vous dépriment, et ne fréquentez que celles qui vous nourrissent. S’il s’agit de votre famille, expliquez-leur que leur contact ne vous fait pas du bien en ce moment, et que vous avez besoin de vous isoler. Si, c’est possible, en utilisant des mots tout simples. C’est surtout nécessaire pour vous, pour vous permettre de guérir. S’ils vous aiment, ils vous comprendront. Fuyez les personnes qui vous traitent de fainéant, de faible, ou de malade. S’ils ne comprennent pas votre maladie, c’est leur problème, pas le vôtre : vous avez déjà d’autres chats à fouetter. Mais par contre, ne restez pas seule. La solitude est une des causes majeures de dépression. Fréquentez moins, mais fréquentez mieux : mieux vaut 3 bons amis que 136 connaissances. Tournez-vous éventuellement vers des groupes de parole. Sortez quand vous vous en sentez capable, uniquement. Ne cherchez pas absolument à tenir un rythme de vie sociale intensif à tout prix : certains soirs, un bon livre vous fera plus de bien que de faire semblant d’aller super top devant un tas d’inconnus. Quitte à aller boire un verre et voir un film un mardi soir, parce que là, ça va. Quitte aussi à ne rester que deux heures, et rentrer après, parce que vous avez besoin de vous retrouver dans votre cocon. Personne en vous oblige à sortir le samedi soir : c’est une convention sociale, rien de plus.

7. Une alimentation saine

La dépression adore quand vous utilisez la nourriture pour gérer vos émotions : gober de la nourriture le fait grandir hors de toute proportion. Au contraire, elle déteste quand vous choisissez de manger sainement, car cette habitude le fait relâcher son emprise sur vous. Le choix délibéré de prendre soin de ce que vous mangez la donne envie de le fuir. Manger des aliments riches en oméga-3, en protéines et en vitamines est un moyen infaillible de lutter contre la dépression. De plus, une baisse du taux de sucre lent peut également être à l’origine de la dépression et il vaut donc mieux avoir une alimentation équilibrée pour éviter toute fringale. En mangeant mieux, vous aurez aussi plus d’énergie, vous serez donc plus actif, et vous entrerez dans un vrai cercle vertueux : plus on est actif, plus on a envie de faire du sport, et plus on sécrète d’endorphines, ces hormones du bien-être et du plaisir qui peuvent même procurer une sensation d’euphorie. Faites donc du sport à chaque fois que vous le pouvez en fonction de vos capacités, et essayez de faire au moins 30 minutes de marche par jour. En surveillant votre alimentation et en ayant une activité physique régulièrement, vous vous sentirez très vite mieux dans votre tête tout comme dans votre corps.

9. Médicaments

Lorsque vous contactez votre médecin et que vous décidez de commencer un traitement antidépresseur, la dépression panique littéralement. Elle n’aime pas que vous soyez informé sur les différents types d’antidépresseurs et elle a aussi peur lorsque vous posez des questions à votre médecin sur les éventuels effets secondaires.

10. Toutes ces choses signifient que tu essaies vraiment de le faire sortir de ta vie.

En reconnaissant que la dépression vous rend habituellement visite de façon saisonnière, surtout en hiver, vous commencez à mieux le connaître. Surtout le mépris quand vous prenez conscience qu’elle est une présence temporaire dans votre vie. Combien elle déteste quand vous vous dites : ça aussi, ça passera. Votre capacité à regarder rationnellement qui elle est et quels sont ses schémas l’affaiblit beaucoup. Il y a aussi d’autres choses que vous pourriez faire pour le chasser de votre vie, mais elle pense qu’elle vous en a déjà trop dit. Sachez que ce que vous décidez de faire avec ces informations dépend entièrement de vous. N’oubliez pas qu’elle est toujours là, tapi dans le noir et attendant d’attaquer. Elle vous donne généralement quelques signes d’avertissement avant de commencer à donner des coups de pied sérieux. Oups, elle l’a aussi révélé.