Ces officines sont, sur la base des dispositions légales, susceptibles d’ouvrir au cours de plages horaires qui ne sont théoriquement pas travaillées. Les dimanches, nuits et jours fériés sont à l’évidence au premier chef concernés. Cela nécessite l’instauration d’une rotation pour qu’un équilibre satisfaisant puisse être trouvé. En réalité, sachez qu’il existe deux catégories bien spécifiques de veilles, à savoir celles à volets ouverts et celles à volets fermés. Dans un cas la pharmacie de garde reste ouverte durant toute la plage horaire tandis que dans le second le pharmacien n’ouvre spécifiquement que pour accueillir un patient ayant besoin en urgence de médicaments. Ceci dit, certaines précisions s’imposent pour enfin être incollables sur un sujet qui touche directement tout un chacun et qui se présente sans conteste comme un élément pratique clé de ce qu’il faut absolument connaître.

L’obligation de pouvoir disposer d’une telle pharmacie dans votre secteur géographique

Quel que soit votre secteur géographique, vous devez être mesure d’accéder à une officine proposant une veille. Cette obligation est d’ailleurs explicitement prévue par l’article L.5125-22 du Code de la santé publique qui dispose qu’ « un service […] est organisé pour répondre aux besoins du public en dehors des heures d’ouverture généralement pratiquées par les officines dans une zone déterminée […]. Son organisation est réglée par les organisations représentatives de la profession dans le département ». Comme vous pouvez le lire dans les termes propres au jargon juridique, il s’agit bien d’une obligation ! Toutefois, et cela relève de l’évidence, il en faut tout de même suffisamment pour pouvoir assurer une bonne couverture des besoins urgents auxquels les habitants de votre territoire peuvent être confrontés. Il n’est ainsi pas dans l’ordre des choses que vous soyez contraint de parcourir une trop importance distance pour en trouver une à même de vous accueillir.

Concrètement, où trouver une pareille officine dans une situation d’urgence ?

Le dimanche, un jour férié ou la nuit, pour trouver sans trop stresser une officine assurant une veille, deux situations sont à bien distinguer. S’il s’agit de veilles de jour, elles sont en toute logique indiquées sur la porte même des officines. C’est ainsi que chaque samedi au soir, vous pouvez constater que votre pharmacien de quartier affiche sur un papier les officines qui seront à même de vous recevoir en cas d’urgence le lendemain sur le territoire de votre commune ou aux environs. Cependant, d’autres solutions existent également afin de vous simplifier la vie, du numéro de téléphone 3227 instauré par les structures syndicales aux encarts dans la presse écrite en passant par les informations utiles figurant sur le site internet de votre commune. Ne vous inquiétez pas, il existe forcément un endroit où vous pouvez obtenir le renseignement tant recherché ! S’agissant maintenant des veilles de nuit, il vous appartient de contacter par voie téléphonique (17) les services de gendarmerie ou de police de votre localité afin que l’adresse de l’officine vous soit transmise et qu’elle soit par la même prévenue de votre venue. Pourquoi ? Tout simplement dans un souci de filtrage des demandes. Réveiller un pharmacien en pleine nuit pour un besoin non urgent n’est pas des plus opportun, sans compter d’évidentes raisons de sécurité !

Avoir recours à une officine proposant des veilles, est-ce plus onéreux ?

C’est une question particulièrement légitime si vous avez besoin en urgence de médicaments un dimanche, un week-end ou la nuit. Sachez pour le coup que les tarifs sont variables, dans la mesure où l’officine perçoit une indemnité de la part de la Sécurité sociale. Cela ne vous concerne toutefois pas. C’est davantage l’honoraire à l’acte sur lequel il convient de se pencher. Le jour son montant est de 5 euros alors que la nuit il atteint 8 euros. Appliqué sur chaque ordonnance de médicaments exécutée, cet honoraire fait l’objet d’une prise en charge. Ainsi, si vos droits sont ouverts de manière effective, vous n’avez pas à vous en acquitter. Dans le cas en revanche où vous ne disposez ni de la Carte Vitale ni d’une attestation papier, vous payez sur place avant de bénéficier d’un remboursement sur la base d’une feuille de soin.