De nos jours, les micros algues constituent une alternative intéressante à une alimentation équilibrée et à la préservation de l’environnement. Véritables stars du début du XXIe siècle, ces phénomènes de la nature disposent de nombreux pouvoirs incroyables.

Que sont les microalgues?

Les microalgues sont des algues microscopiques qui se trouvent généralement dans l’eau douce et dans la mer. Etant des espèces unicellulaires, elles peuvent exister individuellement, en chaînes ou en groupes. Elles n’ont ni racines, ni tiges ni feuilles comme beaucoup d’autres plantes terrestres.

Les scientifiques s’intéressent aux bienfaits des microalgues depuis quelques années. Beaucoup l’ont même déclaré comme étant le superaliment du futur en raison de ses valeurs nutritionnelles et de ses bienfaits sur la santé.

Outre son coût très abordable elles aident à perdre du poids, à améliorer la santé cardiaque, à réduire le taux de cholestérol et aident l’organisme à lutter contre le cancer.

Microalgas comme nutraceutiques

L’incorporation des microalgues dans les aliments, permet d’augmenter les valeurs nutritives de ceux-ci, en termes de teneur en vitamines, en pourcentage de minéraux, protéines, glucides, lipides et composés antioxydants.

La consommation de microalgues, ou de leurs composés bioactifs présentent une action anti-inflammatoire et anti-oxydante comme le souligne Pierre Calleja.

Les microalgues préviennent également les maladies à risque métabolique, réduisent le risque de développer certains types de cancer et retardent le vieillissement des cellules.

Seules quelques microalgues (et cyanobactéries) ont été proposées pour une production commerciale en tant qu’aliments fonctionnels. Parmi elles, les plus célèbres sont l’Arthrospira (Spiruline), le Chlamydomonas, la Chlorella, la Dunaliella, l’Euglena, l’Haematococcus, l’Isochrysis, la Nannochloropsis, le Phaeodactulum et le Porphyridium.

Un certain nombre d’études scientifiques menées sur des animaux ont permi d’étudier la composition du microbiote intestinal chez des souris saines ou malades, en identifiant certains genres de bactéries associées à l’amélioration de l’état de santé observée suite à la consommation de spiruline. Il s’agit notamment du Roseburia et du Lactobacilli.

Des amies de l’environnement

Les microalgues représentent une matière première prometteuse pour le biodiesel. Elles sont considérées comme une matière première de troisième génération. Par photosynthèse, les microalgues peuvent convertir ces besoins en énergie et les utiliser pour le développement cellulaire. Les principaux constituants chimiques des microalgues sont les lipides, les protéines et les glucides de différentes compositions qui sont stockés dans la cellule de la microalgue.

La grande flexibilité et adaptabilité des microalgues pour se développer dans des environnements divers signifie qu’elles utilisent moins de terres arables que les plantes terrestres, et donc que la concurrence avec l’agriculture pour la production alimentaire peut être évitée. Le taux de croissance des microalgues est 5 à 10 fois plus rapide que celui des cultures vivrières conventionnelles.

En 2016, le syndicat du traitement des déchets de l’agglomération parisienne a lancé un programme de récupération du dioxyde de carbone des fumées de l’incinération des déchets ménagers excédentaires en bioplastique et biocarburant à l’aide de microalgues.