Elle apparaît à tout âge et est plus fréquente chez les femmes. La dysthymie est une forme de dépression et, si elle n’est pas traitée, elle peut aggraver intensément l’état de santé.

Description de la dysthymie

La dysthymie est un trouble de l’humeur caractérisé par une dépression chronique de degré modéré. Le problème ne met pas la personne hors d’état de nuire, mais lui permet plutôt de mener à bien les tâches quotidiennes. Cependant, le patient a une négativité permanente et une absence de plaisir, comme si je portais la vie sur mon dos. Il faut cependant ne pas confondre trouble de la personnalité et dysthymie. En effet, un état dépressif peut provenir de plusieurs causes d’où l’existence du dsm (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux). Il faut donc l’association de plusieurs critères pour diagnostiquer une dysthymie.

Symptômes de dysthymie

En cas de dysthymie précoce, qui commence avant l’âge de 21 ans, la prévalence est la même pour les garçons et les filles. Et parmi les symptômes, l’agressivité et l’irritabilité ressortent. La dysthymie tardive, en revanche, touche davantage les femmes”, explique le psychologue. L’enfant est en principe épargné.

Il est à noter que seul un spécialiste peut diagnostiquer avec précision la maladie et indiquer les meilleures formes de traitement. Mais il est possible que la famille évalue certains des comportements du patient au fil des jours. Si elles persistent consécutivement, il est recommandé de demander une aide psychologique. Pour vous aider dans l’analyse,voici une liste des symptômes les plus fréquents : fatigue, tristesse, négativité et pessimisme, absence de plaisir, changements dans le sommeil, troubles de l’alimentation, faible estime de soi, tendance à l’isolement, une irritabilité et un mécontentement la majeur partie du temps.

Comment aider une personne atteinte de dysthymie ?

Les membres de la famille jouent un rôle clé dans l’aide apportée aux personnes souffrant de ce trouble :

1 – Orientation pour obtenir une aide médicale : Proposez-lui de l’accompagner au cabinet. Dans ces moments-là, le patient a peur du diagnostic. Soyez un ami et montrez votre soutien durant cette épisode dépressive.

2 – Parler est la meilleure façon de s’en sortir : la dyslexie, telle qu’elle peut toucher les enfants et les adolescents, peut se camoufler dans les résultats scolaires, les changements d’humeur et le comportement antisocial. Établissez des dialogues et montrez-vous prêt à vous aider en tout. Comme pour les autres troubles, la conversation est le meilleur moyen d’essayer de comprendre les sentiments de l’autre personne.

3 – “C’est un vieux truc” : ne vous trompez pas ! N’attribuez jamais le trouble au comportement des personnes âgées. Être grincheux et ne pas vouloir quitter la maison peuvent être certains des symptômes de la maladie. Par conséquent, méfiez-vous des jugements hâtifs et rappelez-vous que seul le professionnel peut diagnostiquer le problème.

Comment s’en débarrasser ?

Évitez de prendre à la légère les problèmes liés au trouble de la personnalité. Ce sont des maladies qui peuvent avoir de grave conséquences. Les périodes de tress, d’anxiété et de dépression de niveau basse sont souvent négligés par les entourages ce qui entraine un sentiment de solitude chez la personne concernée. Pour sortir de l’état dysthymique, la suivie d’une thérapie est nécessaire. Dans les cas les plus aggravés, l’internat dans une clinique est nécessaire, comme le cas de la dépression majeur. Idéalement, le patient doit se sentir à l’aise et disposé à parler aux personnes du cycle familial ou entre amis. L’établissement de relations amicales est essentiel pour aider au traitement de manière efficace. “En plus de la socialisation, la dysthymie est traitée par des médicaments antidépresseurs associés à une psychothérapie”, explique le psychologue. Il est donc important que la famille et les amis soutiennent les patients dans leurs traitements et fassent preuve de patience et de volonté pour les aider.

Prévention

Des experts de différents domaines confirment que la stimulation des bonnes pensées est essentielle pour la qualité de vie et la santé physique et mentale. Par conséquent, débarrassez-vous des pensées négatives et essayez d’avoir des habitudes saines. “La pratique d’activités physiques, la stimulation de la vie sociale et l’interaction sociale sont recommandées comme forme de prévention.