Traiter le mal des transports par la stimulation du cerveau, les scientifiques travaillent sur une nouvelle approche pour traiter le mal des transports. La méthode est basée sur une stimulation cérébrale qui pourrait un jour être effectuée à l’aide d’un appareil très simple et portable. 

Quelles sont les solutions scientifiques ?

Les scientifiques travaillent sur une nouvelle approche thérapeutique pour traiter le mal des transports. La méthode est basée sur une stimulation cérébrale qui pourrait un jour être effectuée à l’aide d’un appareil très simple et portable. Il serait concevable qu’un tel dispositif puisse être récupéré dans les pharmacies avant l’exposition ou même être effectué directement sur son propre smartphone. Le traitement qui implique l’application de courants électriques légers au cerveau, dure environ 10 minutes, ne nécessite que l’application d’électrodes sur le cuir chevelu et ne semble avoir aucun effet secondaire. Les résultats d’un premier petit essai ont maintenant été publiés dans la revue Neurologie et font en fait naître l’espoir d’avoir trouvé un nouveau traitement pour la cinétose. On est convaincu que dans 5 à 10 ans environ, les gens pourront aller à la pharmacie et acheter un dispositif contre le mal de mer. Les avantages qu’un tel dispositif pourrait apporter aux personnes qui souffrent continuellement du mal des transports. Le problème du traitement du mal des transports est que les méthodes efficaces sont généralement des comprimés qui ont pour effet secondaire de rendre la personne somnolente. C’est un effet qui peut ne pas être un problème pour les passagers ou les personnes effectuant de courts trajets. Cependant, il est pertinent de savoir si la personne est un employé d’un bateau de croisière, par exemple, qui présente les symptômes pendant son travail et qui veut les traiter. La cinétose est une affection courante qu’on a presque tous connue au moins une fois dans la vie, par exemple lors d’un vol turbulent, d’un bateau à bascule ou même pendant un tour de montagnes russes. La plupart du temps, les symptômes sont légers. Cependant, 3 personnes sur 10 ressentent des symptômes très prononcés et désagréables tels que de graves nausées, des vomissements, des vertiges et des sueurs froides.

Stimulation trans-crânienne par courant continu

Personne ne sait actuellement exactement ce qui déclenche la cinétose. Cependant, cela a un rapport avec la tentative de notre cerveau de traiter les signaux contradictoires de nos oreilles et de nos yeux lorsqu’on se déplace. Un système vestibulaire fonctionnel, la partie de l’oreille interne qui perçoit le mouvement, joue un rôle important dans le développement de la cinétose. Le comportement des symptômes lorsque les signaux du système vestibulaire vers le cerveau sont atténués. Une façon de parvenir à une telle atténuation des signaux de mouvement de l’oreille interne est d’appliquer une stimulation par courant trans-crânien à travers le cuir chevelu et dans la région cérébrale responsable correspondante. La stimulation trans-crânienne par courant continu, STC est une méthode de traitement non-invasif et indolore qui peut stimuler des parties spécifiques du cerveau avec de faibles courants électriques. Il existe deux types de stimulation trans-crânienne par courant continu : la stimulation anodique, qui augmente l’activité des cellules du cerveau, et la stimulation cathodique, qui inhibe ou réduit l’activité. Pour leur étude, les chercheurs ont invité 10 hommes et 10 femmes, ils ont placé un bouchon avec des électrodes appropriées sur leur tête et ont effectué un contrôle continu de la température pendant environ 10 minutes. Les sujets ont ensuite été soumis à une méthode bien établie pour simuler un mal des transports. Pour cela, ils s’asseyaient sur une chaise qui tournait et inclinait la personne à différentes vitesses dans différentes directions. Les participants qui ont reçu le STDC avant la simulation ont montré moins de nausées et se sont rétablis plus rapidement après la simulation. Le test était un test en double-aveugle dans lequel ni les participants ni les techniciens qui ont effectué le traitement ne savaient si la personne recevait un STDC atténuant le signal cathodique ou augmentant le signal anodique pour son oreille interne. Les sujets ont été assignés au hasard à l’un des deux types de stimulation. Les résultats de cette expérience ont montré que les sujets qui ont reçu la stimulation correcte, c’est-à-dire atténuante, étaient moins susceptibles d’avoir des nausées et se remettaient aussi mieux des symptômes que ceux qui ont reçu la stimulation tDCS. Ils sont très enthousiastes quant au potentiel de ce dispositif et le considèrent comme une alternative efficace aux traitements actuels, car, comme mentionné au début, il n’a pas d’effets secondaires. Les avantages qu’on a observé sont très proches des effets qu’on connaît des meilleurs médicaments contre la cinétose. Le groupe de recherche est déjà en discussion avec des partenaires industriels potentiels pour poursuivre le développement du dispositif. D’autres parties ont également manifesté leur intérêt. Une éventuelle utilisation militaire de l’appareil serait envisageable, par exemple, chez les opérateurs de drones télécommandés. En raison du long temps passé à regarder les écrans montrant les images des caméras des drones, ce groupe de travail souffre souvent du mal des transports. Pour l’avenir, le développement d’un dispositif comparable au TENS : stimulation nerveuse électrique trans-cutanée, qui est actuellement utilisée pour traiter les douleurs dorsales. Mais des formes encore plus petites et plus mobiles sont concevables. On espère que l’appareil pourra peut-être même être intégré dans un simple téléphone portable. Ceux-ci seraient en mesure d’appliquer l’électricité nécessaire à la stimulation via la prise des écouteurs. Dans tous les cas, il serait nécessaire de fixer de petites électrodes sur le cuir chevelu pendant une courte période avant le voyage. Les courants utilisés sont très faibles et qu’il ne faut donc pas s’attendre à des effets secondaires lors de l’utilisation à court terme de la technique. Pour l’instant, la stimulation trans-crânienne par courant continu est encore considérée comme une forme expérimentale de stimulation cérébrale, l’approbation pour une utilisation générale par la Administration des aliments et drogues, FDA, aux États-Unis est toujours en attente.