Pour prévoir son avoir ou assurer sa retraite, de nombreuses personnes optent pour une souscription à une assurance-vie. Étant un placement financier flexible, il permet de se créer une épargne très facilement. Gérer un contrat d’assurance-vie peut se faire de plusieurs manières, mais voici les principales.

Le principe de l’assurance-vie

L’assurance-vie est un contrat par lequel un « souscripteur » laissera la totalité de son épargne à un « bénéficiaire ». Contrairement aux idées reçues, la somme n’est pas perçue uniquement lors du décès du souscripteur. Une fois le contrat terminer, le bénéficiaire peut toucher l’argent à tout moment.

Le but est de confier son argent à un assureur, qui sera chargé de fructifier la somme. Concernant la durée, ce contrat d’assurance peut durer toute la vie. Mais il est aussi possible de choisir un délai déterminé.

Actuellement, c’est l’un des placements préférés au monde. Autant pour préparer la retraite, que pour transmettre un héritage. L’assurance-vie est mieux qu’un livret bancaire ou un plan d’épargne classique. Pour ces deux cas, il n’est pas possible de désigner un bénéficiaire en cas de décès.

L’un des autres avantages à souscrire à une assurance-vie, c’est que le souscripteur sera exonéré d’une partie de ses impôts. Mais cela n’est possible qu’au bout de 8 ans de placement, donc il vaut mieux prévoir un contrat sur le long terme.

Parmi les contrats les plus en vogue, celui de Hedios Patrimoine est l’un des plus appréciés. Une assurance-vie très souple, qui s’adapte aux besoins des souscripteurs. Pour ceux qui n’ont en jamais entendu parler, de nombreux hedios avis sont sur la toile.

La gestion libre du contrat d’assurance-vie

Comme son nom l’indique, ce mode de gestion est celui par défaut, lors de la souscription à une assurance-vie multisupport. Un peu comme ceux proposer par Hedios, cette gestion libre donne la possibilité aux souscripteurs de choisir ce qu’ils souhaitent faire. Ainsi, ils auront la main libre sur les fonds sur lesquels ils vont investir.

Le souscripteur aura ainsi le choix entre un fonds en euro ou un fonds en unités de placement. L’investissement se fera directement sur des actions ou des obligations, dans des secteurs d’activité ou dans des zones géographiques.

L’épargnant aura de nombreuses responsabilités, puisque c’est lui qui devra faire, et maîtriser ses choix d’investissement. Il pourra alors décider s’il souhaite un contrat simple, avec peu d’options, ou au contraire, choisir parmi des centaines de fonds accessibles.

La gestion pilotée du contrat d’assurance-vie

Pour ce mode de gestion, le souscripteur déléguera à un professionnel les placements qui doivent être effectués sur son compte. Pour les personnes qui n’ont pas de notion en finance, et qui ne souhaitent pas faire de mauvais investissements, c’est la meilleure alternative.

Le gestionnaire est une tierce personne, extérieur à l’assureur et à l’assuré. Il peut s’agir d’une banque, ou d’une société spécialisée dans la gestion de portefeuille. Dès lors, ce professionnel se chargera de placer les fonds et de prendre les décisions qui y sont relatives.

Au moment de la signature du contrat, le souscripteur a le choix entre plusieurs types de gestion pilotée. Ce qui les différencie, c’est le risque que souhaite prendre le souscripteur. Ainsi, on retrouve des gestions pilotées « prudente », « dynamique », « équilibrée » ou « carte blanche ».

L’inconvénient, ce sont les frais supplémentaires qu’engendre ce mode de gestion. En effet, comme il faut faire appel à un autre professionnel, il faudra le payer. Un changement de gestionnaire peut aussi se faire en cours de contrat. Mais à tout moment, il est possible de revenir à une gestion libre.

La gestion profilée d’un contrat d’assurance-vie

Ce dernier mode de gestion est à mi-chemin entre les deux énoncés précédemment. On peut aussi appeler cette catégorie « l’option de sécurisation de l’épargne ». Ici, le souscripteur pourra dynamiser ses investissements, sans pour autant y consacrer tout son temps. Pour ce type de contrat, il existe plusieurs options.

La première d’entre elle, est celle de la répartition profilée. Ce mode de gestion permet à l’assureur de proposer des financements qui s’adaptent au profil, au projet et au risque de l’épargnant. Dès lors, tous les versements deviennent automatiques, et ils sont répartis selon les proportions préétablies.

Ensuite, il y a la gestion profilée à horizon. Aussi appelée la sécurisation progressive de l’épargne, cette gestion permet de faire des placements sur des fonds sécurisés. Cette alternative permet de voir, sur le long terme, la fructification des investissements.

Le dernier se nomme le support profilé. Ici, des supports en unité de compte sont proposés, selon le profil de risque du souscripteur. Grâce à cette méthode, les épargnants n’ont plus à se préoccuper de quoi que ce soit.

Pour résumer, le contrat d’assurance-vie est une cotisation. À la fin du contrat, la totalité de la somme investit sera verser à un bénéficiaire. Comme il existe de nombreux modes de gestions, il est conseillé de faire des recherches, comme pour Hedios avis